Bio des artistes



 
 

Philippe Chéhère


Formation pratique et théorique


Apres une expérience en théâtre, il approfondit sa formation en danse contemporaine en 1997 en intégrant la formation Ex.e.r.ce au Centre Chorégraphique National de Montpellier, dirigé par Mathilde Monnier. Plus tard il collabore depuis 2006 avec le département Danse de l’Université de Paris VIII, développant une recherche théorique sur « les savoirs du danseur » et les pratiques artistiques à l’hôpital.

En 2015, il est titulaire du diplôme supérieur en notation Laban au Conservatoire National de Paris.



Interprète

En 2000 collaboration particulière avec le chorégraphe américain Ted Stoffer, pour une pièce I Enigma.

Interprète pour Christian  et François Ben Aim, Felix Ruckert..

Depuis 2010 collaboration avec Shigeya Mori.

En 2012, il collabore avec Julie Desprairies, pour une performance Paris à l’infini, avec les agents de la ville de Paris, dans le cadre de Paris- Nuit Blanche.



Enseignement, transmission


Il participe à de nombreux projets pédagogiques ateliers en hôpital, à l’école, universités..

En 2009, il intervient à l’Université de Paris VIII dans le cadre du nouveau Diplôme Universitaire sur Les techniques du corps et le monde des soins, créé en partenariat avec l’association Aime.

Artiste invité, tous les ans depuis 2010  à l’Université d’art et de design de Yamagata (T.U.A.D), Japon

En 2011, il est membre du collège de praticiens « techniques du corps » associés, praticiens somatique et/ou danseurs professionnels de l’Association Aime - Julie Nioche.

2012 et 2013, «Danseur transmetteur» du Planetary Dance, d’Anna Halprin, avec Fabrice Dugied, Isabelle Dufau, Maxence Rey, pour l’Atelier de Paris Carolyn Carlson, Le Regard du Cygne, Paris réseau CDC...



Création


En 1999, il crée sa première chorégraphie un trio intitulé I.Médiatic.

En 2001, il chorégraphie un solo Du bleu puisé en vous.

En 2009- 2010  il crée un solo  Persévération au dessus des nuages, à l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson, soutien de Paris réseau CDC.

Trans faunes, création franco japonaise avec Kakuya Ohashi, Minaki Masafumi, à l’Atelier de Paris – Carolyn Carlson et Bank Art Yokohama 2013.

Black rain, création franco japonaise, dans le cadre du 70e anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, avec la Peace Studies Association Japan et Hiroshima City University, autour du travail du photographe Thomas Damm, Hiroshima 2015.



Projet Singulier


Initiateur du projet HD Huntington et Danse, il collabore depuis 2003 avec Julie Salgues, pour des personnes atteintes directement ou indirectement par une maladie génétique caractérisée par des mouvements anormaux, la chorée de Huntington, à l’hôpital de la Salpêtrière et Micadanses. Une expérience  similaire au Japon avec des danseurs Butô, en 2004  a donné lieu à la création d’un film « La danse des grues ».

Ce projet a bénéficié d’une résidence ReRc #21 au CCN de Montpellier Languedoc Roussillon, en 2004.

En 2005, nouvelle étape du projet avec le début d’une séries de performances in situ à l’hôpital : Dansomanies,(2009), Le chahut. En 2013 Agitons! performance pour les dix ans Huntington et danse, à Micadanses.

Depuis 2010, il collabore avec David Gil, artiste plasticien, vidéaste.

A la demande des médecins - mise en place d’un protocole de recherche scientifique pour évaluer l’apport de la  pratique de la danse contemporaine en Hôpital. Un groupe de recherche (médecins, chercheurs, danseurs) s’est mis en place depuis 2012, à l’Institut du Cerveau et de la Moelle Epinière, de la Salpêtrière.

En 2015, création d’un nouveau groupe Huntington et Danse, à l’hôpital Henri Mondor- Créteil, avec le soutien de Culture et santé. Ateliers in situ au musée Eugène Delacroix et à la bibliothèque de la santé Cité des sciences de la Villette, 2015.




Echange franco japonais


Depuis 2004, il développe des échanges chorégraphique franco japonais.

En 2010,2011 nouvelles étapes avec les Chantiers poétiques in progress (Danse, Handicap, Patrimoine, Architecture et Spatialité ) : exploration chorégraphique sensoriel de l’espace et de l’histoire, du patrimoine du japon. Workshops, performances in situ et conférences dansées à l’Université d’art et de design de Yamagata (T.U.A.D) : croisement sensoriel avec la danse et théatre traditionnel (kyogen, buto danse traditionnelle…) performances en montagne, dans villages abandonnés avec 12 étudiants en photographie… conférences dansés avec l'artiste plasticien Tatsuo Miyajima: faire danser 250 étudiants dans un amphi pendant 6 minutes… Au Mot-Museum de Tokyo, et au Morishita Dance Studio, avec Kakuya Ohashi : danser dans un musée toute une journée avec des personnes malades et des étudiants en art. Transmettre un geste d’un répertoire aux visiteurs d’un musée…Transmettre le Faune, de Nijinsky version Hijikata à des personnes malades, dans un musée… Ce projet a été aussi soutenu par la Fondation Franco-japonaise Sasakawa, la JHDN, l’Hôpital Universitaire de Tokyo, le Mot Museum Tokyo.


Danse au muséeUn geste caché, au Musée d’Art Fuji de Tokyo 2013 - 2014,

Performance et ateliers visites dansés pour les enfants et étudiants, au Musée de la photographie Ken Domon, Sakata, Japon, 2014



Editions


Mon handicap ? C’est cette danse qui ne me lâche plus. La danse à l’hôpital où l’ouverture de nouveaux possibles. Article pour l’ouvrage collectif Art et handicap- Enjeux cliniques, Edition Erès, Novembre, Toulouse, 2012













Julie Salgues                        

Formation pratique et théorique

Elle suit sa formation de danseuse interprète au CNSM de Lyon. Plus tard, elle reprend ses études et obtient un DEA au département danse à l’université Paris 8. Elle poursuit ses recherches théoriques lors de sa formation en culture chorégraphique dirigée par Laurence Louppe.  


Interprète

Elle travaille avec plusieurs chorégraphes dont Philippe Saire, Odile Duboc. Depuis 2000, elle engage une collaboration toute particulière avec les chorégraphes, Nathalie Collantes, Myriam Gourfink et Dominique Brun pour laquelle elle interprète le rôle de l’élue dans Sacre 2.


Enseignement

Titulaire du Diplôme d’Etat pour l’enseignement de la danse contemporaine. Elle participe à de nombreux projets pédagogiques au sein des compagnies avec lesquelles elle travaille.


Des projets singuliers

Une danseuse dans la bibliothèque créée avec Nathalie Collantes, elles mettent en pratique leur livre en dansant dans les bibliothèques. Ce projet continue a être programmé par différentes structures, le Festival Paris Quartier d’Eté, le Centre Chorégraphique d’Angers, le Festival Art Danse...

? J’aurais aimé être Vincent Cassel ? solo créé au festival Les printemps à Lausanne en 2003.

Depuis octobre 2003, elle organise en collaboration avec Philippe Chéhère, des ateliers de danse à l’hôpital de la Salpêtrière pour des personnes touchées par la Maladie de Huntington autrefois appelée « danse de Saint Guy ». Ce travail à l’hôpital s’est poursuivi au Japon en septembre 2004, avec le soutien de la Fondation Sasakawa et à Montpellier, où ils ont obtenu une Résidence de Recherche au Centre Chorégraphique, en novembre 2004.

Ateliers du regard ce projet a été initié par plusieurs étudiantes de Paris 8. À travers ces ateliers, il s’agit de questionner la pratique du spectateur en donnant à voir des extraits de spectacles chorégraphiques et en suscitant la parole, le débat. Depuis 2003, elle collabore avec le Festival Les Eclats Chorégraphiques à La Rochelle, elle conçoit des ateliers du regard en fonction de leur programmation et à l’adresse de différents publics. Elle participe également avec ce dispositif aux projets « danse à l’école » initié par Le Prisme, Centre de Développement Artistique à Saint-Quentin en Yvelines.

La modernité en danse, conférence dansée en collaboration avec Julie Perrin, docteur en danse, programmée notamment par la Scène Nationale de Cherbourg.

Danse et agents de la propreté

En 2004 elle conçoit avec Anatoli Vlassov les projets chorégraphiques Les Invisibles (Paris Quartier d’Eté) et Chorégraphie pour Engins (Nuit Blanche à Paris, Nuit Blanche à Montréal 2006) avec la participation d’éboueurs professionnels. Ces projets ont été soutenus par la DMDTS du Ministère de la Culture et de la Communication, la Ville de Paris, l’AFAA et l’OFQJ.


Édition

« On danse ? » Un livre écrit avec Nathalie Collantes, pour les enfants aux Editions Autrement,

« Histoires d’une petite nymphe », dans le DVD le faune – le film, ou la fabrique de l’archive projet conçu par Dominique Brun édité et diffusé par le CRDP.

Elle fait partie du comité de rédaction de la revue Repères éditée par la Biennale Nationale de danse du Val-de-Marne entre 2006 et 2009.

« Lire en dansant », un article dans l’ouvrage collectif de l’une à l’autre, éditée par contredanse, 2010.


Bourse

Elle a obtenu une bourse de recherche au département patrimoine du Ministère de la Culture. Son mémoire s’intitule « La professionnalisation du danseur, des processus à l’œuvre » 2006.









David gil

Vidéaste, plasticien designer, pluridisciplinary artist


davidgil.77@gmail.com


www.davidgil.eu














                                                                                                                                  retour accueil HD